Accroître la qualité et l’efficacité des constructions

L’industrie de la construction est encore aujourd’hui assez primaire car jusqu’à présent personne n’avait la possibilité de challenger les décisions en amont. La multiplicité des intervenants rendant le projet sujet à des risques d’incompréhension, d’erreurs et de retards imports, il n’est pas rare de voir des projets de construction être retardés, malfaçonnés ou exploser budgétairement.

La construction souffre d'une si mauvaise réputation que le gouvernement britannique lui-même avoue que « la construction ne doit pas améliorer ses méthodes de travail mais les changer radicalement ». 

Le fait d’avoir un modèle BIM permet de réduire les conflits, les erreurs et risques d’interprétation et favorise l’optimisation de la gestion, des décisions et par voie de conséquence, des coûts.

 

A Singapour, le Building and Construction Authority a mis en place une feuille de route en 2010. Objectif : 80% de chantiers réalisés en BIM d’ici à 2015 et 100% en 2016. Avec à la clé un gain de productivité estimé à 25% à l’horizon 2025.